WYCOR: l’expérience du secteur public

WYCOR n’a pas ménagé ses efforts dans le méga projet Delta du CHIREC – visant à regrouper sur le site Delta, deux hôpitaux existants. Avec deux lots remportés en marché public, la société de Wetteren a fait face à un défi de taille, le timing.

WYCOR n’a pas ménagé ses efforts dans le méga projet Delta du CHIREC – visant à regrouper sur le site Delta, deux hôpitaux existants. Avec deux lots remportés en marché public, la société de Wetteren a fait face à un défi de taille, le timing.

         

Pour WYCOR, le projet Delta représente un marché important dans lequel elle  joue un rôle significatif, comme l’évoque Rik Hinnens, administrateur délégué, et président de la Confédération de la Construction de Flandre orientale: «On parle ici d'un montant d'environ 15 millions d'euros, répartis sur 2 commandes. D'une part, il y a la fourniture et le placement de 5.000 portes. D'autre part, nous sommes responsables de l'ensemble de l'aménagement et des finitions de l'atrium, la partie centrale de l'hôpital qui donne accès aux différents étages.»

Même pour une entreprise comme WYCOR, dont 70% du chiffre d'affaires repose sur les marchés publics, un projet de cette ampleur comporte un certain nombre de défis. Le principal étant le délai de livraison, qui est d'environ 1 an. «5 000 portes, ainsi que les châssis correspondants, à placer dans un bâtiment gigantesque et extrêmement complexe… c'est une tâche qui requiert énormément de temps et d'énergie. Ce n'est qu'après avoir obtenu l'autorisation de l'administration et de l'architecte, que l'on peut procéder à la commande effective (délai de livraison de +/- 10 semaines). Ensuite, nous pouvons lancer la production et entamer l'exécution. Actuellement, nous commençons à placer les portes et sommes donc entrés dans une phase d'activité intense. » 

Préfinancement versus fonds propres 

Des défis au niveau financier également, car un projet de cette ampleur requiert des moyens en conséquences. Jacques Polet, directeur financier: «Depuis plusieurs années déjà, WYCOR mène une politique active en matière de constitution de réserves. Les résultats des exercices précédents sont réinjectés en grande partie dans la société, et destinés à nos propres investissements et au financement de projets en cours. Mais les ordres passés dans le cadre des projets sont de plus en plus volumineux, et requièrent des moyens importants en termes de préfinancement. Les frais de départ, tels que les assurances, les garanties, et les frais d'installation de chantier, ne peuvent pas être directement répercutés au donneur d'ordre.»

Belfius est l'un des banquiers attitrés de WYCOR depuis de nombreuses années et était donc bien placée pour pourvoir à ce préfinancement. «Nous sommes client chez Belfius pour nos placements, et pour plusieurs contrats de leasing financier relatifs à notre parc automobile et à notre parc-machines. De temps à autre, nous recourons aussi à eux pour des straight loans, quand des factures ne sont pas payées à temps. Et maintenant que nous avons décroché plusieurs projets importants, pour lesquels nos fonds propres ne seront peut-être pas suffisants, nous sommes contraints de faire appel au marché du financement externe. En tant que spécialiste du secteur public, Belfius  propose des solutions de financement sur mesure. Elle est le partenaire idéal pour nous conseiller et nous aider à choisir la formule de financement la plus appropriée.» 

<<Les entreprises qui souhaitent se lancer sur les marchés publics doivent se mettre au courant de la législation spécifique en la matière et tenir compte de la nécessité de préfinancement. Rik Hinnens, Administrateur délégué>>

La maturité: un must

Fort de son expérience en matière de marchés publics, Rik Hinnens nous explique: «Un avantage considérable, c'est que le paiement ne pose jamais de problème. Vous établissez une facture, et vous pouvez être certain qu'elle sera payée à l'échéance. Vous ne devez pas non plus discuter du prix, comme c'est régulièrement le cas pour d'autres marchés. Ici, la règle qui prévaut est la suivante: si vous êtes le soumissionnaire conforme ayant remis le prix le plus bas, vous obtenez le marché. Côté inconvénients, je citerai le faible niveau de prix en raison de la concurrence effrénée, et les délais d'exécution courts. 

Au moment de la soumission, nous ignorons quand la passation de la commande interviendra effectivement: il convient donc d'être bien organisé. Une fois que la commande arrive, vous devez débuter les travaux dans un délai de 30 à 60 jours. Votre entreprise doit faire preuve d'assez de maturité et d'inventivité, et disposer d'un nombre de collaborateurs suffisant.»

Un bon conseil: faites-vous accompagner par des experts 

Aux entreprises désireuses de travailler pour des marchés publics, Rik Hinnens conseille ce qui suit: «En premier lieu, idéalement, elles doivent se mettre au courant de la législation spécifique en la matière. Il faut aussi tenir compte de la nécessité de préfinancement de l'achat de votre matériel et de la production. En effet, vous ne pouvez facturer que quand les travaux ont été exécutés et, à partir de ce moment-là, vous devez encore attendre 60 jours pour recevoir le paiement effectif. Même si les délais sont de plus en plus courts, une certaine prudence est de mise.»

 «Dès lors, je leur conseillerais également de consulter un partenaire financier disposant d'une certaine expérience en la matière. Belfius en est un bon exemple. Elle est bien placée pour accompagner ces entreprises tout le long du processus, et leur proposer des solutions de financement sur mesure. Idéalement, mieux vaut aussi être membre d'un groupement déterminé, comme la Confédération de la Construction, pour obtenir les renseignements nécessaires. Ces deux types de partenaires organisent également des formations, pour préparer à relever ces défis. Si les entreprises concernées prennent tout cela en compte, tout ira bien. »


                                                                  

Autres interviews
Contactez-nous >